Ahh, l'hiver et ses bons "petits" plats......

Aujourd'hui, on avait du monde à déjeuner. Et comme je n'avais pas encore eu l'occasion de me servir d'un de mes cadeaux de Noël, le repas a été vite trouvé.

Le cadeau en question:

dscn3288Il est beau, hein!!!

Alors c'est parti pour un baeckeoffe, mais à deux viandes parce que nous, bein, on n'aime pas l'agneau!!

Pour remplir cette grosse terrine (40 cm quand même):

-1kg de porc (échine)

-700g de boeuf (gîte)

-1,5 kg de pommes de terre

-5 carottes

-2 gros oignons

-un bouquet garni, quelques feuilles de laurier, sel, poivre

-une bouteille de vin blanc d'Alsace

Voilà, les ingrédients sont réunis. Bon, pour cette recette, comme pour tous les bons petits plats mijotés, il ne faut pas s'y prendre à la dernière minute, mais l'avantage, c'est que ça cuit tout seul, sans surveillance et pourquoi pas à l'avance.

La veille

Découper la viande en morceaux et la faire macérer avec les oignons, le bouquet garni dans le vin blanc jusqu'à 24 heures (pour moi, ça a été 8 heures).

Le jour même

Couper les pommes de terre et les carottes en tranches (pas trop fines).

Alterner une rangée de pommes de terre, carottes/ viandes, oignons en terminant par une rangée de pommes de terre (saler et poivrer chaque rangée).

Recouvrir de la marinade (ajouter un petit peu d'eau si besoin pour arriver à environ 3 cm du bord).

Fermer hermétiquement le baeckeoffe (pour moi, c'est avec un "boudin" de papier alu) et "oublier" dans le four pendant au moins 3 heures à 200°C.

PS: J'ai commencé la cuisson (environ 2 bonnes heures) la veille et remis au four encore 2h30 le jour même.

Et voilà:dscn32901

Résultat: Une viande fondante, des légumes parfumés à souhait. A refaire!!!! Servi avec de la crème fraiche et des cornichons, de la salade.

Pour la petite histoire:

"Plat du pauvre dont le nom signifie 'four du boulanger', le Baeckeoffe fut créé à une époque où la viande étant rare, il fallait profiter des moindres morceaux. Le Baeckeoffe était traditionnellement préparé le dimanche soir, et mis à cuire le lundi matin, jour de lessive, dans le four du boulanger. Cela permettait au femmes de s'occuper de leur linge sans interruption jusqu'à l'heure du repas."

Source: Alain Lorange